• Trop sage

     
     
    Trop sage
     
    Quand s'ouvre le rideau de lumière 
    Le samedi soir
    Une jolie petite robe de vichy 
    Blanche et noire
    Attend son heure sur un mannequin 
    A coté de l'armoire
    Elle rêve de sortir se pavaner 
    Sur un bout de trottoir
    Et d'abandonner son cintre 
    Aux  ciselures d'ivoire
    Pour que son bustier se gonfle
    Au vent de vie et d'espoir
     
    Elle admire ses courbes et son reflet 
    Dans la porte au miroir
    Laissant la dentelle de son jupon 
    Caresser le bois du tiroir
    Le noeud nonchalamment défait de son ruban 
    Sur le sol du boudoir
    S'envole par l'entrebâillement de la fenêtre,
    En s'y laissant choir
    Elle voudrait simplement être reine 
    Ou le laisser croire
    Le temps d'une valse ou d'une escapade 
    Devenir  robe du soir
     
    Mais pour faire  tourner les têtes 
    D'un froufrou de moire
    En clic clac à talons aiguilles 
    Sur des escarpins en vernis noir
    Il faut être belle de nuit ,fourreau frivole
    Ou traîne ostentatoire
    Alors elle soupire devant son image  
    Sur le psyché à balançoire
    Elle ne sera jamais du satin ou du cuir
    Qui fera d'elle une star
    Juste aussi sage que les perles blanches
    Du collier en sautoir
     
    Adelaide
     
     
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :