• Djibouti

    Djibouti  

    A l'extrême est de l'Afrique ,il est un pays à la chaleur lourde et humide

    Bien loin d'ici,loin des clichés,loin de nos paradis,loin de nos idéaux vides

    Sous d'immenses pales de ventilateurs,de grands hommes maigres, vétus de blanc

    Se retrouvaient à toute  heure,ils s'asseyaient autour d'un thé fumant

    Se racontant en mots ou en silence partagés,écorchés par la vie, marchant sans bruit

    Nomades aux semelles de vent et de sable,ils ne connaissaient rien des verts pâturages

    Juste riches d'abris de toile ,de quelques cabris et du récit de leurs voyages 

    Au fond du vieux bar de la lune,loin des siens,dans un recoin de  son cafard  

    Un soldat buvait l'ivresse de sa jeunesse ,pour noyer l'eau de ses cauchemars

    Celle qui coulait sur sa peau en larmes de sueur jusque dans la main d'une perle noire

    Petite fille de misère, perdue dans le reflet bleu de ses yeux miroirs

    Les cavaliers du vent se désaltéraient sur le zinc rayé ,cherchant l'âme du vivant

    Ou le repos du moment sous les paupières mi-closes de leur visage tanné et ridé

    Les gifles cinglantes du khamsin,vent de désert , brûlent encore les mensonges et les peurs 

    Colorant la nature et l'enveloppe de tout être de la même couleur ocre brune du soleil ,

    Ici ils ont tous au fond du coeur une blessure béante et les deux mains ouvertes

    Avec au fond des yeux un éclat de merveille qui vous cloue aux nuages de leur ciel

    La bas ,on dit que la mer est rouge ,empourprée du sang versé ,du vin bu par les poètes,

    Des blessures des guerriers mursis ,agitée par l'âme tourmentée de Rimbaud ou de Monfreid

    Là bas dans les abîmes du Goubet-Al-Kharad,les boutres des pêcheurs n'entrent pas

    Y vivent des monstres et des djins,on y raconte les légendes de mondes engloutis

    De Djibouti jusqu'au confins de l'Ethiopie,Le gouffre des démons y vole les esprits

    Et celui qui passe par là,jamais n'oublie ce pays,y laissant pour toujours une part de lui 

    Avec le désir permanent de revenir sur ses pas,meurtri et ébloui pour le reste de sa vie.  

    Adelaide♥  

    les secrets de la mer rouge,invitation au voyage-->lien ,

    musique-->lien       Bar du palmier en zinc Djibout          

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Si je le pouvais ,si j'avais les moyens
    J'offrirais en ce joli matin
    Un billet pour la bas à Dany,mon Valentin
    Mais je ne désespère pas de le faire un jour
    Rien n'arrive par hasard,surtout pas l'amour
    Alors au plus profond de moi,j'y crois
    Même si la route est longue parfois
    Il y a toujours un soleil au coeur du mirage
    Alors pour toi voici quelques mots , une image
    Ferme les yeux ,je t'emmène en voyage

    Adelaide

    Pin It

  • Commentaires

    1
    pierrot de la lune
    Mardi 24 Février 2015 à 23:29
    J' aime beaucoup vos dessins,je connais bien Djibouti c est vrai que l on y laisse tous une part de nous,joliment dit, bravo Adelaide,je suis reparti là bas un instant grâce à vous
    • Voir les réponses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :